L’enfant millionnaire

« Comment Jamal Malik a-t-il atteint la question à 20 millions de roupies ? A) Il a triché. B) Il est chanceux. C) C’est un génie. D) C’est son destin.»

Un jeune garçon court dans les rues d’une mégapole indienne à la recherche d’une amie d’enfance, Latika… « C’est le destin. » « Un concept indien bien particulier », affirme Danny Boyle, le réalisateur britannique de ce film adapté d’un roman indien de Vikas Swarup, Les Fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaire. La construction du film est originale : elle alterne, d’une part, des extraits de émission en version indienne Qui veut gagner des millions ? où le jeune Jamal Malik, simple serveur de thé, répond juste à toutes les questions, et d’autre part des flash-back qui reprennent un à un les épisodes de sa vie expliquant pourquoi il connaît ces réponses délicates…
Projet qui donne un long-métrage particulièrement émouvant, pour lequel les 8 Oscars qu’il a remportés, dont celui du Meilleur film pour l’année 2009, semblent bien légitimes : le tournage est fondé en partie sur des plans que je qualifierais d’impressionnistes grâce au mouvement perpétuel que la caméra suit, à l’image des impressions des personnages dans ces villes dynamiques, ces poursuites fréquentes ; l’acteur principal, Dev Patel, joue remarquablement et son authenticité fait son charme ; les scènes décrivent un monde souvent sans pitié et plein de dangers, surtout pour les enfants ; quant aux personnages, ils sont fouillés avec justesse, tels que celui du présentateur ou encore de l’inspecteur de police, touchés par la vérité.
De cette comédie dramatique ou « le mendiant devient prince », on regrettera peut-être certains épisodes un peu longs voire éprouvants pour les yeux (notamment la scène de torture au début), ainsi que le dénouement en happy end, dégoulinant d’eau de rose. Mais si le scénario n’est pas très vraisemblable, l’adaptation cinématographique, entre autres grâce à un casting et une équipe de réalisation presque exclusivement indiens, le rend à la fois triste et drôle, de quoi en faire une véritable réussite. Réponse D.

Imelda

Slumdog Millionnaire (2009), à acheter en DVD.

Publicités

Une réflexion sur “L’enfant millionnaire

  1. Excellent film qui marie avec brio le cinéma d’aventures à l’occidentale et la romance bollywoodienne. Du grand spectacle certes, mais réjouissant, et émouvant par dessus le marché !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s