Eblouissement bleu

Elle lit une lettre. Cette femme, peinte par Vermeer, semble tranquillement en train de réaliser chez elle un geste familier. Et pourtant, si l’on contemple plus précisément cette huile sur toile, mille détails nous interpellent : les affaires éparses abandonnées devant elle, ce ventre rond, cette vaste carte au mur, évoquant mille régions lointaines, et puis ces chaises vides, ce huis clos renforcé par la lumière qui vient de la gauche… De toute évidence, on imagine volontiers que cette jeune femme lit une lettre de son mari… peut-être de mauvaises nouvelles ? Ce tableau déborde d’émotion contenue, et le maître flamand dessine cette tension avec une douceur, déclinée dans les tons bleus et ocre, simplement remarquable.

La Femme en bleu lisant une lettre, Johannes Vermeer (1663), Rijksmuseum, Amsterdam.

Publicités

2 réflexions sur “Eblouissement bleu

  1. L’exaltation de la lumière des traits les plus fins du visage jusque dans la texture d’un dossier de chaise… Impressionant. A voir sur le sujet : le film intitulé « La jeune fille à la perle », d’après le roman de Tracy Chevalier, qui propose une étonnante reconsitution de Delft (la ville natale du peintre) au dix-septième siècle – où l’on retrouve avec fascination ces éclairages sublimes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s