N’ouvrez pas

Ce livre. Ouvrez, de Nathalie Sarraute.
Ici, ce sont les mots qui sont les protagonistes de cette succession de « drames ». Les mots non-dits, ceux qui restent derrière la paroi des convenances, et disent pourtant « Ouvrez ».

Depuis Tropismes (écrit dans les années 1930), Sarraute s’est attachée à évoquer les mouvements subtils et ténus qui sont à l’origine de nos paroles et comportements. Ce nouveau champ d’investigation lui permet de renouveler les domaines littéraires – elle est un précurseur du Nouveau Roman -, elle qui avec L’Ere du soupçon (1956) rejette les conventions traditionnelles du roman (les personnages, par exemple) et définit un univers, celui de la « sous-conversation », au-delà des apparences et dans les sous-sols de l’inconscient. Son théâtre met justement en scène ces sous-conversations.

Ici, ces textes – sa dernière oeuvre, publiée en 1997 – ont un intérêt. C’est une expérience assez intriguante. Mais hélas, on ne ressent aucun plaisir esthétique à lire ces conversations anonymes, hachées, métalangagières.
Je vous livre cependant l’extrait qui m’a paru le plus plaisant. C’est dire. Tirez-en vos propres conclusions.

« – “Il Me fait une pneumonie…” Vous avez entendu ?
– Oui, Me, Me… c’est à ne pas croire… Mais comment un Me pareil a-t-il pu être laissé de l’autre côté ? (…)
– Où a-t-il osé aller se fourrer ?
– Entre ce “Il” et ce “fait”… vraiment, il ne manque pas de toupet…
– “Il Me fait”… voyez-vous ça…
– Un Me volage a quitté son Je…
– Et quel couple parfait ils formaient, ce Je et ce Me…
– Il n’y en a pas de plus légitime, de plus respectable…
– Un couple modèle idissolublement uni, comme il doit l’être, pour le meilleur et pour le pire…
– Je me souviens, Je me contente… Je me réjouis…
– Mais aussi bien Je me détruis. Je me tue…
– Comment ne pas admirer une si parfaite union…
– Et ne voilà-t-il pas que Me abandonne son fidèle Je et va avec ce Il… »

Nathalie Sarraute, Ouvrez, Gallimard 1997

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s