Arrière-plans

Aujourd’hui, juste quelques éléments techniques d’analyse cinématographique. Rien que du basique, bien sûr. Par exemple, l’échelle des plans.
La prochaine fois que vous regarderez un film (déjà vu, c’est mieux !), faites attention aux plans utilisés. Ils le sont toujours dans une visée précise, une intention de mettre en évidence telle ou telle dimension de la scène, de l’événement, du personnage… Et rechercher un effet déterminé.
De plus, la transition entre différents degrés de l’échelle des plans est révélatrice de l’intention du metteur en scène. Les mouvements de caméra sont en effet importants.
Un plan est déterminé par un cadrage.

Voici l’échelle des principaux plans :
Plan général : situe l’action et les personnages dans leur contexte topologique (paysage).
Plan d’ensemble : prend la totalité du décor et des personnages qui s’y trouvent. On le trouve souvent en début et fin de film, ainsi qu’une introduction part du général et qu’une conclusion revient au général.
Plan moyen : jusqu’au pied. Il souligne la présence du personnage, éventuellement dans l’espace dans lequel il se situe.
Plan américain : jusqu’à mi-cuisse. Ainsi dénommé car c’est le plan typique des films américains des années 30 et 40. Il permet de mettre en place les personnages lors d’un dialogue sans modifier la position de la caméra.
Plan rapproché : jusqu’à la taille ou la poitrine. Ce plan montre ce que les personnages disent et font. Il accentue leur intimité.

Ci-dessous, un plan rapproché poitrine (PRP), dans le film A beautiful mind de Ron Howard (2001), avec Russel Crowe (mon film préféré !) On remarque que la prise de vue est en plongée.

Gros plan : jusqu’au cou. Il permet de lire les émotions, la vie intérieure, la psychologie d’un personnage.
Très gros plan : une partie du visage. Il attire l’attention sur un détail dramatiquement frappant.

Voilà quelques rudiments. Si cela vous intéresse, je pourrai développer ces techniques (les manières de composer un plan, de bouger la caméra, de situer l’angle de prise de vue…), que je découvre moi-même également, dans de prochains articles.

Publicités

4 réflexions sur “Arrière-plans

  1. Je tiens à appuyer un élément fondamental de ton « cours », qui mériterait à mon avis d’être mis en gras souligné trois fois : ne faites ce travail d’analyse qu’avec un film que vous avez déjà regardé. Sauf si, bien, sûr, vous faites des études de cinéma, mais dans ce cas, ça s’apelle des devoirs. Quand vous découvrez un film pour la première fois, laissez-vous prendre par l’histoire, le jeu des acteurs qui nous fait oublier que nous sommes face à Kevin Costner pour ne plus voir que Robin des Bois, écoutez la musique sans la décortiquer. Ou alors, si ce machin d’une heure trente vous laisse sur le bord, ne vous forcez par à entrer plus de trois fois. C’est à ce point fondamental qu’on voit le principal : est-ce qu’un film est bon, ou pas. Et ensuite seulement, si vous en avez envie, décortiquez. Si le film vous aura déjà touché, vous aurez même des pistes de réflexion pour l’analyse.
    Sinon, cours tout à fait clair et juste. Une légende veut que le plan américain soit nommé ainsi car il permettait, dans les westerns, de voir le revolver…info, intox? Une éclairage, quelqu’un? ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s