Contre Epinalos

Une bâtisse baroque s’assombrissait par touches, comme si une mantille se posait lentement sur ses pinacles sculptés. Un parfum d’eucalyptus se distillait le long des murets où le granit se disputait à l’argile. Rien n’était pauvre ou riche, gai ou triste, mais une étrange et exaltée conjonction des deux se dessinait aussi imperceptible que vive.
Point de robe rouge ni de guitare, seuls des gens vivant paisibles et soucieux, loin des clichés, proches du temps. Les portes des maisons aux rues étroites s’ouvraient et se fermaient. Un bus passa. L’éphémère touchait à l’éternel, sans se réduire aux contours géographiques, à la péninsule multiséculaire, aux cartes postales folkloriques. « Le lyrisme de la tradition se mêlait indistinctement à la post-modernité. »
Mélange espagnol où le claquement des castagnettes accompagnait de plus en plus discrets des éveils, sous un éblouissant soleil.

17-III-2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s