Penser la boulangerie

Après Penser la peluche, c’est au tour des petits et grands pains de passer sous le coup de la pensée (à ne pas confondre avec la pesée). Car la boulangerie est l’incarnation vivante d’une conception du temps. Avez-vous remarqué ? Une baguette cuite le matin passe rarement le cap de la nuit suivante au magasin. Chaque jour, de nouveaux pains de campagne, croissants et flûtes Gana naissent, vivent et meurent. C’est-à-dire : meurent à la vie publique, la vie de la vente, la vie qui vaut la peine d’être vécue. Invendus, ils végètent probablement dans le sac à pain de la famille du boulanger, ou, destinée plus louable, dans des associations caritatives.

Mais le vrai pain vit une journée. La boulangerie est le lieu d’un renouvellement constant, sans répit, sans indulgence pour la vieillesse. C’est le lieu du présent, de l’instant, de l’éphémère. Le pain de seigle rend heureux un ou deux jours, puis est sacrifié sur l’autel de la nécessaire manducation. Le pain, c’est le temps croqué, avalé, dévoré.

La mort de la boulangerie, c’est la machine à pain domestique. Pourtant, celle-ci est aussi le microcosme de la reconduction éternelle du temps panifié.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s