Un matin à Versailles

L’actuel logo du Château de Versailles est un demi-soleil qui se lève sur le domaine. L’inventeur du domaine, le roi Louis XIV, avait choisi l’astre pour symbole ; sa chambre donnait sur l’aurore, à l’est. En 2011, quels sont les matins de la cité royale, en ville comme au palais ? Promenade.

Samedi de fin octobre, début des vacances scolaires. Ciel blanc-gris et froid sec. Les passants de l’avenue de Paris sont bien couverts. Les platanes jaunissent. Les feuilles mortes forment un tapis croustillant sous le pied. Des coureurs. Un homme et son chien noir. Une fumée blanche s’échappe d’une cheminée. Calme feutré. Des façades anciennes écaillées gardent l’honneur ; là, les volets intérieurs sont tirés à certains étages.

A l’entrée du Domaine de Madame Elisabeth (1), qui appartint à la soeur de Louis XVI mais est aujourd’hui aux mains du Conseil général, un père avec une poussette s’arrête. Le jardin n’ouvre qu’à 11 heures.

A Versailles en octobre, le Parc du château ouvre à 7 heures. Au même moment que la boulangerie Darras (2), dont la vitrine multicolore décline des éclairs à la pistache et même à la violette. A 7h30, les halles du marché commencent à ouvrir leurs étals. Dans le Carré aux herbes, c’est une surabondance pour les yeux : tapenade, pommes séchées, tarte au boudin, olives, tourteaux, concoillotte. A 9 heures, le château accueille ses premiers touristes. Les groupes de touristes asiatiques, dame au parapluie levé en tête, ne sont pas qu’un stéréotype.

A 9h30 ouvre le magasin de prêt-à-porter Promod, ses couleurs d’automne (orange, brun, gris, turquoise) et ses soldes impromptues. A 10 heures, c’est le sacro-saint magasin de livres Gibert Joseph qui laisse découvrir ses Pléiades en promotion, les livres de la rentrée littéraire, le nouveau Philippe Delerm, et la biographie d’Elizabeth d’Angleterre – la reine-mère. Une fille en 6e demande un livre pour le français, on lui répond « rayon textes fondateurs ». A 10 heures aussi, c’est le magasin de « mode et maison » Eurodif qui laisse entrer la douzaine de personnes qui attendait patiemment devant la porte. A 10h30 s’ouvre un magasin de chaussures, près de la Place du marché.

La ville s’est réveillée. Des jeunes filles anglophones parlent devant l’église Notre-Dame. Deux autres (francophones) essaient des robes de mariées dans une boutique. Des couples prennent tranquillement un café dans un bar. L’Académie royale de billard reste close, au pied de la colline Montbauron.

Le parc est fermé au public à cause des Grandes eaux musicales ; il faut payer sinon. Là, de grandes affiches d’une exposition en cours sur le Mobilier national, de Louis XIV à nos jours. Dans la boutique touristique du château, il y a le livre pour enfants « Versailles en s’amusant » et du confit de coquelicot, avec la reine Marie-Antoinette sur l’étiquette. Bon.

Versailles le matin, c’est le contraste entre le silence et le fourmillement, les bavardages et la paix des lignes. La Belle au bois dormant qui s’étire.

77008_10151335171508674_852748436_n

(c) Christian Milet.

(1) 73 avenue de Paris

(2) 16 rue du Maréchal Foch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s