« Les cloches de Bâle » : Aragon militant

« Lecteur, il y a grand besoin de ta force, à toi, pour transformer le monde », lit-on page 426. Militant, l’auteur ? Un peu. Louis Aragon, lorsqu’il écrit ce livre en 1934, vient de s’éloigner des milieux surréalistes et tend vers le mouvement du réalisme socialiste.

Les cloches de Bâle est manifestement un roman à thèse. L’ouvrage se divise en trois parties et un épilogue, où sont opposées Diane de Nettencourt, bourgeoise profiteuse, et Catherine Simonidzé, jeune exilée géorgienne. Suite à la répresssion d’un mouvement social  d’horlogers à Cluses, celle-ci s’interroge, se rapproche des mouvements anarchistes et du monde ouvrier.

Ce roman-fleuve n’est pas totalement binaire ; l’auteur décrit avec précision les deux milieux – bourgeois et ouvrier – sans tomber dans la caricature extrême. Pour autant, la fin du roman décrit avec un oeil trop historiquement orienté ces années 1910, où les attentat sanarchistes, la grève des chaffeurs de taxi ou les méfaits de la bande à Bonnot semble nuancer fortement l’appellation de « Belle Epoque ».

Le récit du Congrès socialiste pour la paix de Bâle en 1912 – qui donne son nom au livre-, très lyrique, achève de donner une impression de malaise face à ce qui n’est plus un vrai roman, mais un texte inféodé à des idées politiques. Dommage, car l’ironie délicieuse qui parsème l’ouvrage aurait gagné à donner une vraie valeur à ce livre.

Une petite perle : « Ses cheveux qui se décoiffaient tout le temps, sa grosse moustache, sa robustesse de bistrot, il avait ce physique peuple avec lequel on réussit dans la politique de la Troisième République, quand on est intelligent. » Tout est question de regard.

Louis Aragon, Les Cloches de Bâle, 1934, rééd. Denoël collection Folio 2002

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s