Un cheveu vaut mieux que des diamants

Dans l’océan des feuilles, de pages, des images, des hivers, des obscures salles où les films tournent, des Fnacs où musiques en casque et têtes de ventes étincellent, où les laboratoires de recherche, les vitres, les reflets infimes et infantiles du réel attirent l’oeil fatigué des fausses lassitudes quotidiennes. Les écrans suscitent l’évasion. L’avion des pensées. L’esprit y trouve un calme, un ordre dans le chaos. Les textes donnent le savoir, le recul, le tableau de bord du pilote qui surveille les réseaux sociaux, ses réseaux, sa toile. Il la tisse.

Et pourtant, les plus parfaits sonnets de Shakespeare, les webdocs les plus aboutis, les dessins les plus symbolisants, l’idée la plus brillante-et-innovante, la plus complexement modélisante, ne sont que poussière et buée. Par rapport à : un seul regard échangé, un seul « bonjour ça va ? » ou « faut beau hein ?, ou « t’as pris le pain » ou même « tais-toi », ou même une impatience malveillante. Oui, l’humain – c’est-à-dire, l’homme, vaut plus que ses modélisations, que ses idées-farfelues, que ses plus beaux mots narcissiques. Un seul cheveu vaut mieux qu’un collier de diamants. Un seul enfant mérite plus qu’une Odyssée-d’Homère, un voisin vaut infiniment plus que toutes les places boursières du monde, un déjeuner partagé plus que la bibliothèque d’Alexandrie ou un plateau-repas de chez le meilleur traiteur.

Pourtant le livre, le pain, le violon relient les hommes, les honorent, les guident. Mais ils ne sont pas : incarnation.

Imelda

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s