Ce que Rossini opéra

La musique italienne : un mythe que Les Carnets d’Imelda tentent de percer depuis le début. Plus exactement depuis un voyage d’Imelda à Turin et Milan… Thème d’actualité puisque l’été d’Imelda sera romain, à l’occasion d’un stage dans la Ville éternelle. Après avoir évoqué l’époque baroque et ses compositeurs tels que PergolèseSalieriLorenzo Da Ponte et dernièrement Paganini, l’heure est venue d’entamer le XIXe siècle.

Siècle bouillonnant à plusieurs égards dans la péninsule, puisque le Risorgimento bat son plein. A passions exacerbées, art lyrique. L’opéra se développe et éclipse la musique instrumentale. Premier d’entre eux, Gioachino Rossini, né en 1792 à Pesaro dans les Etats pontificaux et mort en 1868 …à Paris. Il s’initie à la musique et au chant à Bologne puis écrit ses premiers opéras. Parmi ses oeuvres les plus connues, l’opera buffa (c’est-à-dire un opéra à sujet comique) Il Barbiere di Siviglia en 1815, que Paisiello avait déjà mis en musique.

Virage vers l’opera seria (sérieux) avec Otello en 1816. Mais aussi l’opera semiseria (entre les deux) avec La Pie voleuse – La gazza ladra). Rossini quitte Naples pour Vienne où il recontre Beethoven, sourd, puis Londres et Paris où il écrit I viaggio a Reims, opéra écrit à l’occasion du sacre de Charles X en 1825. Puis Guillaume Tell, qui pose les fondations du « Grand opéra à la française ». Après 1830, Rossini se consacre à la musique sacrée – il écrit un Stabat mater – et la musique instrmentale. Il meurt à Passy ; sa dépouille repose actuellement à Florence.

Rossini a également composé des pages culinaires : Les bouchées de la Pie voleuse, la Tarte Guillaume Tell… Et peut-être même le tournedos Rossini. Surtout, il a apporté à l’opéra une uniformisation dans la façon de chanter et des blocs musicaux développés, différents de l’alternance arias-récitatifs de l’opéra baroque. Un festival porte son nom dans sa ville natale.

A ECOUTER : L’ouverture du Barbier de Séville et l’introduction de son Stabat Mater.

A LIRE : La Vie de Rossini par Stendhal (publiée en 1823)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s