Les ensembles musicaux indépendants

Les Talens lyriques, ensemble né en 1991 avec Christophe Rousset

Les Arts florissants, Accentus, les Talens lyriques… Ils sont plus de 150 en France : les ensembles de musique classique indépendants. La Fevis les fédère et accompagne les ensembles émergents dans leur professionnalisation.

En 2012, être joueur de cornet à bouquin, une sorte de flûte courbe de l’époque baroque, de théorbe ou de viole de gambe, c’est être un musicien très spécialisé dédié à un répertoire précis. Aucun orchestre permanent, national ou régional, ne pourrait embaucher à plein temps un tel musicien ; car ceux-ci ont vocation à faire vivre un répertoire étendu. Ces musiciens appartiennent donc à la sphère des ensembles professionnels indépendants, et peuvent travailler dans plusieurs ensembles à la fois.

Dans ces ensembles bouillonne la curiosité et un goût de la recherche pour mieux comprendre comment était jouée la musique à l’époque baroque, avec des cordes en boyau, avec un toucher différent… Dans les années 1960, ils sont apparus nombreux, avides d’explorer de nouveaux répertoires, notamment le baroque.  Ce mouvement musical situé de 1600 à 1750 est une véritable révolution dans la manière de concevoir la musique par rapport à l’époque Renaissance qui recherche un idéal de perfection. Le baroque remet au contraire au cœur de l’écriture musicale les dissonances et l’expressivité. Ce mouvement apparaît autant en Italie – Vivaldi -, que dans un style allemand – Bach -, ou encore français avec les opéras ballets de Lully s’il ne fallait citer que trois compositeurs.

3 000 concerts des ensembles indépendants en 2010
Née il y a treize ans, la Fevis (Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés) se bat pour que les 96 ensembles qu’elle fédère puissent être reconnus comme le troisième pilier de la musique en France, avec les maisons d’opéras et les orchestres permanents. Ces nombreuses formations de toutes tailles, représentent 20 % des ensembles de musique classique en France – une musique classique qui s’étend de l’époque médiévale aux créations contemporaines. Aujourd’hui, environ 40 % des concerts joués par les ensembles membres de la Fevis sont baroques, et 25 % de répertoire XXe siècle ou de création.

Attentive à rassembler ces ensembles aux intérêts communs, la Fevis se bat pour que  les ensembles fassent valoir le rôle que jouent ces structures dans le paysage musical, auprès de l’Etat et des collectivités territoriales comme du grand public. Le nouveau président de la Fevis, Jacques Toubon, ministre de la Culture de 1993 à 1995 et passionné de musique classique, leur ouvre également des portes pour être encore plus actifs.

Petits ensembles ou grands orchestres indépendants font l’objet tous les deux ans d’une grande enquête organisée par la Fevis. On y apprend ainsi qu’en 2010, la centaine d’ensembles de la fédération a donné 3 000 concerts au total, écoutés par 1 200 000 spectateurs, à raison de 35 concerts par ensemble en moyenne.
L’année 2013 devrait être plus difficile pour ces ensembles à cause des annulations de concerts dues à la crise. Cependant, « la musique baroque a trouvé son public, il suffit de voir : c’est salle comble partout » affirme Catherine Desbordes, déléguée générale de la Fevis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s