Cinq excellentes raisons de se marier

En 2013, s’engager pour toute la vie signifie-t-il encore quelque chose ?

Près de 134 000 divorces ont été prononcés en France en 2010. Ils atteignent un tiers des couples voire un sur deux en Ile-de-France. La fidélité n’est une valeur qui a la cote. De plus, on peut avoir l’impression que le mariage n’est finalement qu’une fête happée par des logiques commerciales. Alors que l’on vit vingt-cinq ans de plus qu’en 1930, la durée du mariage dure d’autant plus longtemps.

Vivre cinquante ans avec la même personne est-il raisonnable ? N’est-ce pas folie de croire à l’amour éternel ? Le mariage n’est-il qu’un contrat de papier qui n’a rien à voir avec l’amour ? Réponse en cinq points. (*)

Black Box Photography

1) Se marier, c’est bâtir sa vie sur une relation avec une personne, croire en elle au point que le temps ne soit pas un obstacle. Les années, les deuils, les crises du couple, la routine, les incompréhensions ne sont finalement que des moyens de rebondir. C’est-à-dire de choisir l’autre, de dire que le conjoint, l’humain dans son infinie valeur, comptent plus que les imperfections et les aléas de la vie. Le conjoint n’est pas lié à l’autre aussi longtemps qu’il ne sera pas lassé, mais aussi longtemps que l’autre est comme digne d’amour, c’est-à-dire pour toujours.

Même si cette personne a ses défauts, ses faiblesses, ses manies, qu’elle changera au fil des décennies, elle est une personne à qui confier sa vie est une sorte de folie, qui n’est autre que la sagesse de l’amour. Ce pari est une ambition bien plus belle et exigeante que bâtir une carrière professionnelle par exemple.

2) Se marier, c’est donner son vrai sens à l’amour. L’amour éternel est très rare (sauf pour Bourbon-Busset), si l’on entend par là être amoureux transi-tremblant jusqu’à la fin de ses jours. Le coup de foudre, l’émotion et l’attirance extrême existent. Ils n’ont qu’un temps, tout au moins sous cette forme première. L’amour durerait trois ans pour certains, sept ans pour d’autres. Il dure plutôt le temps qu’on veut, le temps pendant lequel on prend les moyens non pas tant de relancer la passion initiale, mais de faire durer l’amour. Le mariage a ses saisons, certaines sont plutôt des couleurs de la tendresse et de la complicité que du coeur qui bat la chamade.

L’amour, s’il est attirance pour l’autre, est aussi volonté que l’autre soit heureux avant tout. Etre aimé de cette façon ne fait généralement que nourrir le sentiment amoureux, sinon l’estime et l’affection. Pour le reste, regardez l’autre moitié des couples qui ne divorcent pas et durent tendrement jusqu’à ce que leur tête blanchisse.

Photo Julien Monfajou

3) Se marier, c’est apprendre à durer. Les couples qui se préparent au mariage, c’est-à-dire à durer jusqu’au bout, repèrent souvent deux principales moyens pour faire durer l’amour : la communication et l’attention à briser la routine.

Ecouter l’autre sans l’interrompre, comprendre son fonctionnement, prendre des moments pour aller au restaurant seuls, s’envoyer des textos amoureux ou partir en voyage tranquilles sont de bons moyens de garder à l’idée l’exceptionnalité de l’autre, sa singularité, et lui redire « Oui, c’est avec toi que se bâtit ma vie ». Se marier, c’est aussi affronter les épreuves à deux et faire tout pour qu’elles ne séparent pas. Ce n’est pas en changeant de partenaire que la vie à deux sera plus facile à long terme.

4) Se marier, c’est beaucoup plus que signer une feuille de papier. Pourquoi l’amour aurait besoin de « formalités » administratives, celles du mariage civil ? Parce que l’homme n’est pas seul comme un électron libre ; il s’insère dans une société, dans un pays. Si le couple souhaite des enfants ou tout au moins une forme de fécondité, il sait que ceux-ci participeront aussi à la vie civique et sociale, à l’école et ailleurs, et que porter le nom de leurs parents les y inséreront encore davantage.

De plus, ce fameux papier signé à la mairie, ainsi que la robe blanche, la fête avec famille et amis, c’est-à-dire la solennité donnée à l’événement, a une valeur éminemment symbolique. Or, la mémoire humaine garde plus facilement le poids du symbole, lorsque les crises arrivent, que si rien n’a été scellé. La personne abdiquera moins rapidement ; elle trouvera des ressources à puiser dans cette amour commun choisi de tout son être, plus que vécu peut-être passivement. Les enfants aussi trouveront dans ce symbole celui d’une certaine sécurité affective.

Photo Magali Tinti

5) Se marier, c’est être libre. Car être libre n’est pas être indépendant, au gré de ses propres désirs. Etre libre, c’est être responsable, c’est choisir après un discernement de l’intelligence et du coeur, c’est choisir d’aimer chaque jour et donc d’être dépendant de l’autre, parce qu’on a compris qu’il valait la peine de lui offrir une vie et de recevoir la sienne en partage.

(*) La question posée ici n’est pas celle du mariage entre personnes homosexuelles,  en débat actuellement. Nous n’évoquerons ici que celle de l’engagement matrimonial.

Publicités

9 réflexions sur “Cinq excellentes raisons de se marier

  1. Excellent article tout simplement génialissime ! Bravo ! Un article qui va même peut-être pouvoir nous aider pour l’introduction de notre cérémonie laïque. Un grand merci à toi ! Et je partage sur facebook car ça mérite que les gens le lisent !

  2. Je ne comprends pas votre petite note en bas de votre article… L’engagement matrimonial est déjà quelque chose que les homosexuels vivent au quotidien. Que cela soit reconnu officiellement ne changera pas leur façon de vivre. Ce qui doit changer c’est bien le regard méprisant que notre société pose sur eux. Cette note semble s’y accorder. C’est dommage, il s’agit d’amour, pourquoi en avoir peur ?

  3. Comme promis, je réponds à ton article. Tu te doutes que je partage pas ton opinion mais bien heureusement je la respecte profondément. J’aimerais bien être d’accord avec toi mais j’ai une vision bien plus terre-à-terre de l’amour.

    A te lire, je comprend que le mariage est à la fois la confirmation et le fondement de l’amour. Mais pour moi, l’amour n’a besoin ni de l’un ni de l’autre. Il se suffit à lui-même. Et c’est justement aux deux amants de savoir entretenir leur couple en voyageant, en rompant avec cette routine qui tue à petit-feu pour faire peut-être de leur relation une histoire qui dure « jusqu’à la mort ». La nécessité de recourir à un contrat extérieur n’est qu’un aveu de faiblesse. A quoi bon se servir d’une béquille quand l’amour suffit à nous donner envie d’aller loin, à deux.

    En plus de s’appuyer sur l’extérieur, il s’agit bien de s’appuyer sur le droit civil, c’est-à-dire la société et l’Etat. Attaché à mon intimité et à ma vie privée, je ne m’imagine pas laisser le droit civil, donc public, s’immiscer dans ma relation avec la personne que j’aime du plus profond de mon âme.

    Malgré mon opposition personnelle au mariage, je ne considère pas pour autant être tombé dans l’effet inverse: celui du consumérisme de l’amour c’est-à-dire multiplier les conjoints comme on consomme les dernières modes du moment. Bien au contraire, je crois en l’amour pour le vivre et l’avoir déjà vécu. Et je crois probablement autant aux couples qui durent que toi. Mais je sais que le temps a des effets indéfinissables auxquels il est certes possible de résister mais face auxquels le mariage semble être un engagement bien trop ambitieux. Laissons le temps faire son travail, transformer l’amour en tendresse ou l’amour en amitié. Et si les sentiments s’éteignent, la vie passé ensemble, les moments partagés à deux, les épreuves traversées suffissent à vouloir faire l’effort pour se redonner une deuxième chance. Et en dernier recours, il est toujours plus simple de se séparer que de divorcer. A quoi bon rajouter des difficultés administratives, le divorce, a ce qui est déjà une épreuve, une séparation. Voilà pourquoi, selon moi, le mariage est plus une contrainte qu’un acte de liberté.

    Mais je crois surtout que ce qui nous différencie c’est que le mariage est, pour toi, une institution et, pour moi, un acte administratif contraignant à la symbolique désuète et aux avantages uniquement fiscaux.

  4. Mieux vaut tard que jamais pour te répondre. 🙂
    Merci de cette intéressante réflexion.

    Deux petites remarques :
    – Je vois une légère contradiction quand tu dis d’une part « l’amour se suffit à lui-même » (pas besoin de cadre extérieur) et d’autre part que tu as « une vision plus terre-à-terre de l’amour » (un amour qui peut changer et disparaître donc). C’est précisément parce que l’amour est fragilisé par nos propres limites humaines qu’il a besoin de cadre pour le protéger (psychologiquement, symboliquement et matériellement) et pour protéger les enfants notamment. C’est pour cela que le mariage civil est né au départ, prosaïquement : pour que le père reconnaisse être père des enfants et continue à remplir ses devoirs à leur égard.

    – Cela rejoint mon deuxième point à propos de ton dernier paragraphe. De fait, je considère le mariage comme une institution mais pas dans le sens de quelque chose d’uniquement contraignant et désuet : comme quelque chose qui implique des droits, mais aussi des devoirs. Notre société post-68 assez individualiste a tendance à occulter la partie « devoirs », qu’il ne faut pas voir comme une contrainte, mais comme un mode de relations sociales respectueux et solidaire. Veiller sur ses jeunes enfants, ou sur ses parents quand ils sont âgés, semble normal. Le mariage permet de tisser des liens sociaux et de continuer à veiller sur son conjoint et sa famille malgré les épreuves, la vieillesse et même lorsque les sentiments ont évolué. C’est cette attention et cette fidélité que se fondent l’amour des « vieux couples », je crois. Conclusion : le cadre du mariage et de la famille, de façon générale, protège les plus faibles pour une société plus solidaire ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s