Dictionnaire amoureux du journalisme

Ça y est, mon mémoire de fin d’études est soutenu, mon diplôme de journaliste va arriver. Alors que mon chouette contrat en apprentissage comme journaliste web pour un magazine professionnel se termine, je vais recevoir sous peu ma carte de presse*.

Après avoir rédigé il y a quelques années un bref Dictionnaire amoureux de l’hypokhâgne, il est temps de livrer les coulisses et les mythes des écoles de journalisme et des rédactions des médias. Amoureux mais pas aveuglément, ce texte est néanmoins subjectif.

Attaché de presse

Personne dévouée au service du journaliste, le relançant par mail et téléphone et le suppliant de parler de ses infos. Souvent de charmantes jeunes femmes.

Bar et bières

Rendez-vous après les cours de journalisme. On dit que les alcooliques sont surreprésentés parmi les journalistes. Pour avoir un eu un prof et un collègue alcoolique, je pense que ce n’est pas impossible.

Bouclage

La deadline qui tue. Pour les quotidiens, c’est le soir. Pour les hebdomadaires, en milieu de semaine. Dans le magazine où j’ai travaillé, on se disait en bouclage du lundi au mercredi (un bon moyen d’éluder les appels téléphoniques intempestifs).

Cadeaux

La charte d’éthique et de déontologie du groupe Le Monde stipule par exemple que « les journalistes s’engagent à refuser tout cadeau d’une valeur supérieure à 70 euros, ou de nature à mettre en cause leur indépendance. » Dans une rédaction régionale, on m’avait dit 30 euros maxi. Bref, à part une crème teintée pour le visage donnée par deux jeunes esthéticiennes interviewées, je n’ai malheureusement rien reçu, snif. Ah si, un billet Strasbourg-Palma de Majorque, pour tester une nouvelle compagnie aérienne locale. Et sans compter les croissants des conférences de presse.

Carte de presse

Le graal ! Il faut avoir travaillé au moins trois mois dans un média et que cette activité représente la majorité des revenus. Quand on l’a, tout fier, on en poste la photo sur son compte Facebook.

Concision

Qualité apprise en pratiquant le journalisme. Cependant, on apprend aussi à appauvrir le vocabulaire pour que tout le monde comprenne, et vite.

Coulisses

Un des grands plaisirs de ce métier est de découvrir les coulisses de métiers (boulanger, artificier, écrivain) ou de lieux (la cuisine municipale, la Chambre de commerce), ou même d’ailleurs aller gratuitement dans des lieux où l’on n’était pas encore allé, du style Comédie française.

Desk

S’oppose à « reportage » et « terrain ». On reste au bureau et on travaille par téléphone, mails et dépêches d’agence. Pas marrant. Mais plus rapide.

Écrire

Autre bonheur de ce métier : vivre de sa plume. Certes, tout journaliste n’écrit pas : il peut filmer (on dit qu’il est JRI, journaliste reporter d’image – ce qui est une écriture iconographique) ou assister un présentateur télé ou radio. Mais même en radio, on écrit le journal d’informations ou la chronique qu’on va prononcer au micro.

Heures

Mieux vaut ne pas les compter. Comme dans d’autres métiers, le journaliste peut être amené à couvrir des événements le soir, le week-end, et à travailler jusqu’à ce qu’il ait terminé son article. Quand on présente une matinale, on peut se lever à deux ou quatre heures du matin.

Ile-de-France

Cinq des treize écoles de journalismes reconnues par la profession se trouvent à Paris. Quatre rédactions de médias sur cinq se trouvent en Ile-de-France. Info parisianiste, vous trouvez ?

Gauche

Il paraît que les journalistes sont majoritairement politisés à gauche, notamment d’après les votes simulés en école de journalisme (voir CFJ et Celsa en 2012). Le débat a fait rage. Apparemment, il y a plus de jeunes de gauche que de droite qui souhaitent devenir journaliste. Volonté de faire contrepouvoir, de montrer ce que le pouvoir nous cache, de s’engager contre les inégalités et de donner la voix aux exploités, souvent considérées comme des valeurs de gauche, sont ainsi recherchées par les jeunes socialistes qui veulent donc devenir journalistes.

Jingle

Petit son rigolo (tou-di-diiii-tou-di-toudi-toudi) au milieu d’une émission radio.

Les meilleurs

C’est la classe d’y aller, et leur bonne réputation fait l’objet d’un certain consensus : Le Monde, AFP, La Croix, Radio France. Mais le must, c’est le grand reportage. Près de Tchernobyl de préférence.

Les pires

Les médias qui ont mauvaise presse chez les journalistes, car « ce n’est pas du journalisme » sont la presse féminine, M6 et autres chaînes de divertissement, les nouveaux sites qui embauchent des stagiaires bénévoles – et aussi les présentateurs télé qui sont plus comédiens que enquêteurs.

Mook

Avec le webdocumentaire*, l’une des innovations du moment. Il s’agit d’un objet hybride entre le magazine et le livre (m-(b)ook), qui propose essentiellement de longs reportages (ça, c’est bien !) et se vend aussi bien en kiosque qu’en librairie, où il cartonne. XXI, 6 mois, France Culture papiers, Muze

Objectivité

On reproche aux journalistes d’en manquer. Mais existe-t-elle ? Être honnête, donner la voix aux parties adverses, oui. Mais être neutre est utopique, le choix conscient ou inconscient des mots étant déjà un parti pris. Par ailleurs, comme dans tous les secteurs, certains font bien leur métier et d’autres non.

« On air »

Les lettres rouges qui s’allument en studio radio sont magique : le pouvoir de la parole est à vous, parlez au micro ! Adrénaline, bonjour.

Pigiste

Souvent précaire mais libre de son organisation personnelle, il est rémunéré à l’article et non au mois. Il propose souvent ses papiers à plusieurs rédactions et représente 19 % de la profession en 2012. Parfois, il est correspondant à l’étranger et couvre une région ou encore plusieurs pays. Beaucoup le sont par défaut.

Pôle emploi

Certains disent que c’est là où arrive tout journaliste sortant de son école. Il est vrai que les débouchés sont faibles et les CDI très rares. Pour autant, on trouve peu d’offres via Pôle emploi et mieux vaut mobiliser ses contacts, anciens camarades d’école ou anciens collègues, ainsi que guetter les annonces sur les réseaux sociaux.

PQR

Presse Quotidienne Régionale. Ouest-France, La Provence, L’Est Républicain et autres Voix du nord sont souvent le lieu de la première expérience (en stage) de l’apprenti journaliste. On couvre le spectacle des maternelles et le match de foot local, mais pas uniquement. On écrit sur et pour les mêmes personnes, bref, sur la vraie vie. Secteur en déclin, du moins pour la version papier.

Réseaux sociaux

Les nouveaux modes d’expression et de communication pour les médias. Twitter est préféré à Facebook pour diffuser de l’information brûlante et la plateforme est devenu un espace d’échanges brefs mais intenses. Ou pas.

SR

Les Secrétaires de Rédaction corrigent les articles (on dit « papiers ») et modifient souvent titres et légendes. Métier pas toujours gratifiant, mais utile !

Stage

Première expérience où beaucoup d’employeurs s’arrangent pour qu’elles durent moins de deux mois, durée minimale pour octroyer au stagiaire une « compensation financière » de près de 30 % du Smic. Dans les petites rédactions, on leur confie très vite des responsabilités. Mais c’est cool, franchement.

Téléphone

Après avoir passé dix coups de fil dans la journée, on n’en a plus peur du tout.

Veille

Via les réseaux sociaux et plateformes d’agrégations de contenus, on veille souris à la main, on trouve des sujets d’articles et on se tient au courant de tout, ou presque. Magique, mais ne remplace pas le terrain.

Web

Il n’est pas vraiment le méchant qui va tuer la presse papier en déclin, mais en même temps, pas facile de lui trouver un modèle économique, alors qu’il faut sans cesse innover en la matière (exemple : un site web d’info datant de 7 ans est préhistorique).

Webdocumentaire

Le truc à la mode, ultrasubventionné, délinéarisé et participatif, à mi-chemin entre le film documentaire et le jeu vidéo. N’a pas le succès escompté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s