L’instinct maternel : mythe ou réalité ?

Voilà bien une notion qui fait débat. Est-ce qu’une mère qui prend soin de son enfant obéit à une tendance irrépressible, à un programme infaillible ? Ou n’est-ce qu’une construction sociale et psychologique ?

Histoire d’odeurs, d’hormones, d’attachement : les données scientifiques semblent prouver que cet « instinct » existe bien, comme chez les animaux. Exception faite quand la mère a un équilibre psychologique instable, sinon direction l’Hôpital Mère-enfant de l’est parisien qui permet de (re)construire le lien maman-bébé.

Pour autant, devenir mère ne donne pas le mode d’emploi pour le bout de chou : quelle maman a su sans réfléchir donner le bain à son bébé ou le moucher ? Heureusement que les bons gestes sont enseignés à la maternité ou dans les livres de puériculture. Les premières semaines, l’angoisse de la mère est le plus souvent présent : a-t-il trop chaud ou trop froid ? Pourquoi pleure-t-il ?

(c) Pascal Campion

(c) Pascal Campion

Un véritable apprivoisement est en cours, et au bout d’un certain temps, la maman (ou le père aussi, tout dépend du temps de fréquentation de l’enfant semble-t-il) n’a plus besoin d’éliminer les causes potentielles de pleurs, elle a repéré les différents cris et les indices – exemple : tête qui se tourne = besoin de sommeil -, à certaines exceptions près où toutes les hypothèses semblent soient exclues, soit insolvables. Notons que ce que je dis ici est un témoignage personnel, je n’ai pas interrogé toutes les mamans de Bosnie, Argentine et Sri Lanka.

En termes d’instinct maternel, il existe néanmoins une drôle de sensation d’empathie ou de compassion, qui fait que la maman souffre avec son enfant. J’ai été surprise de le découvrir : quand le bébé pleure, elle se sent mal (bon, sauf si c’est la 10e fois en une heure et qu’elle a plutôt envie de fermer la porte de la chambre de bébé, voire de mettre le garnement dans la machine à laver). Quand le bébé fait une apnée pendant son sommeil, elle suspend elle aussi sa respiration ; ou quand il tousse, elle l’aide mentalement à tousser. Étrange impression !

Autres découvertes : la mère ne râle pas quand il faut se lever la nuit – si elle a intégré cette éventualité auparavant -, car il n’y a pas de question à se poser pour elle, il faut y aller ! Lorsqu’il faut parler à ce petit être, elle ne réfléchit pas davantage : « mon chat », « mon lapin » surgissent comme si elle n’avait que dit cela de toute sa vie.

Pour autant, elle est tout à fait capable de ne pas penser à son bébé pendant plusieurs heures si par exemple elle est sortie à l’extérieur pour une tâche prenante.

Le degré de fusion avec le bébé varie d’une maman à l’autre. Ce qu’on appelle aujourd’hui le maternage proximal (allaitement prolongé, cododo, portage en écharpe, voire bain commun) peut l’influencer. Je ne suis pas spécialement fusionnelle mais je comprends que des mamans aient envie de passer des moments de communion avec leurs bébés, bénéfique pour les deux – à condition de savoir par la suite lâcher la bride.

L’écueil à éviter dans ce cas est peut-être de ne vivre que par et pour son enfant, ce qui peut s’avérer malsain – j’en avais parlé dans cet article. Il faut y prendre garde quand on s’aperçoit qu’on ne fait les soldes que pour habiller son bout de chou, et non plus soi-même – mais c’est vrai que le petiot change tout le temps de taille et donc de vêtements, héhé.

L’instinct maternel semble donc exister. Il ordonne de s’occuper de l’enfant mais ne dit pas forcément comment. L’empirisme est alors le plus souvent de mise ! Être mère donne des capacités insoupçonnées, mais pas illimitées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s